Langage et comportement du chat - Royal Canin
Bienvenue Chat Le Chaton Langage et comportement du chat

Le Chaton

imprimer aA+ Aa- RSS
Langage et comportement du chat

Langage et comportement du chat

Membre de la famille apprécié, ami affectueux, présence réconfortante, ce ne sont que quelques-uns des rôles qu’un chat peut jouer dans la vie de son maître. Au vu de cette relation si profonde, il est donc tout naturel pour ce dernier de souhaiter apprendre à communiquer avec son petit félin.

Le langage corporel

Le chat communique avec un langage corporel complet d’une grande expressivité, que ce soit en se frottant contre son maître pour lui manifester sa confiance, ou en usant de mimiques qui en disent souvent bien plus long que des mots.

La queue, un as de la communication

La queue joue elle aussi un rôle majeur dans le langage du chat. Sa position, toujours adaptée à la situation et à l’humeur de votre compagnon, permet en effet de lire son état d’esprit du moment.

Si la queue est souple et pend vers le bas, le chat est détendu. Elle se dresse pour manifester un intérêt. Raide et tendue vers le haut, elle est le signe d’une humeur joyeuse et affectueuse. Le chat lève également la queue pour souhaiter la bienvenue. Ce faisant, un bout de queue replié témoigne d’un certain scepticisme mais aussi de la nervosité de l’animal.

Le chat a un comportement qui lui est propre. Il ne remue pas la queue pour manifester sa joie, au contraire: ce mouvement est l’expression d’un conflit intérieur ou d’un doute. Une queue ébouriffée et hérissée indique que le chat est sur le point de devenir agressif ou bien qu’il est effrayé. C’est sa position qui permet de savoir à quoi s’en tenir: à l’horizontale, elle manifeste l’agressivité; basse, le chat a peur.

Les moustaches, baromètre de l’humeur

Le chat ne se sert pas uniquement de sa queue pour communiquer: les mimiques jouent elles aussi un grand rôle. Elles sont très variées et permettent d’exprimer bienveillance, plaisir, agressivité et autres sentiments.

Un nez froncé est par exemple le signe d’une humeur agressive. De même, les vibrisses envoient des informations claires:

  • aplaties vers l’arrière = peur, prudence ou timidité,
  • déployées vers l’avant = nervosité, posture d’intimidation ou signe d’attention,
  • détendues et légèrement en arrière = position normale.

Regarde-moi dans les yeux

Les yeux jouent un rôle particulier dans le langage du chat. Un chat cligne des yeux pour exprimer deux émotions. D’une part, il s’agit d’un signe d’apaisement; d’autre part, c’est sa manière de sourire. À son tour, le maître peut témoigner son affection à son compagnon à quatre pattes en lui adressant un battement lent des paupières.

Mais les yeux permettent au chat de transmettre bien d’autres émotions:

  • son attention et son intérêt, si ses yeux sont grands ouverts,
  • la peur et un sentiment d’insécurité, si ses yeux sont écarquillés et ses pupilles dilatées,
  • un sentiment de bien-être et de sécurité, si ses yeux sont mi-clos. Un tel regard peut également être interprété comme un témoignage d’affection envers celui à qui il est adressé.

Tout est dans la tête

La position de la tête a des significations communes chez l’humain et chez le chat. En effet, la tête haute est un indice de confiance en soi chez le premier comme chez le second, tout comme la tête basse manifeste la soumission ou la tête détournée, le désintérêt. Si quelque chose a attiré sa curiosité ou qu’il recherche le contact, le chat tend sa tête vers l’avant.

Avec un petit coup de tête contre vous, votre compagnon réclame et veut retenir votre attention. C’est également par ce geste gentil qu’il vous demande comment vous allez.

Si la tête tout entière sert au chat à exprimer ses émotions, les oreilles sont à elles seules des indicateurs utiles:

  • inclinées vers l’avant ou légèrement sur le côté = le chat est détendu et heureux,
  • pointées vers l’avant = le chat se montre intéressé et attentif,
  • rabattues sur le côté = le chat a peur,
  • dressées et tournées vers l’arrière = le chat est agressif et en colère,
  • aplaties vers l’arrière = le chat est sur la défensive; il protège ses oreilles et se soumet.

Le nez sert non seulement à sentir, mais aussi à s’exprimer. Le chat sait l’utiliser avec habileté pour se faire comprendre.

Le chat a dans son répertoire plusieurs manières de faire part de son affection et de témoigner son attachement, par exemple en donnant un petit coup avec son nez. Moyen d’identification mais aussi rituel d’accueil, ce geste peut être comparé au serrage de mains chez les humains.

Morsures et bâillements

Le léchage et la morsure sont deux traits instinctifs du comportement du chat. Si le léchage est tout simplement une expression de tendresse, la morsure peut avoir trois significations:

  • la morsure agressive de défense,
  • la morsure de jeu pour le simple plaisir,
  • le tendre mordillement pour exprimer son affection.

En parlant d’affection: un chat qui bâille est un chat paisible. Bien sûr, il bâille lorsqu’il est fatigué, mais le bâillement est également l’expression d’une grande sympathie.

Le langage vocal

Le chat ne se sert pas uniquement de son corps pour communiquer: il émet également de nombreux sons. Il utilise ainsi sa voix pour, par exemple, attirer l’attention au moyen d’un «miaou» retentissant.

Outre les miaulements, un grand nombre de sons font partie du langage du chat:

  • les ronronnements,
  • les sifflements,
  • les grognements,
  • les cris.

Alors que les miaulements et les ronronnements ont une connotation généralement positive, les sifflements, grognements et cris sont des indicateurs d’une situation moins favorable.

Un chat qui ronronne se sent bien, dit-on.

Il est effectivement fort probable qu’un chat ronronne de plaisir. Mais peu de gens savent que les chats ronronnent également lorsqu’ils vont mal. S’ils souffrent ou qu’ils sont stressés, ils se servent du ronronnement pour se calmer. On prête en effet à ce dernier des vertus favorisant la guérison et les forces d’auto-guérison du chat. Les cris sont quant à eux révélateurs de douleurs aiguës.

Les sifflements et les grognements sont des manifestations d’intimidation et de défense. Le chat défend sa proie mais aussi ses petits en grognant, et menace d’un sifflement agressif tout intrus osant s’approcher de trop près. Ces sons trahissent certes l’agressivité de l’animal, mais aussi son anxiété. Ils sont censés avoir un effet dissuasif et montrer que le chat sait se défendre.

Le répertoire linguistique du chat ne se cantonne pas aux ronronnements de bien-être, aux sifflements dissuasifs et aux grognements de défense. Il comprend également certains sons plus amusants, comme le caquètement. Un chat caquète pour exprimer une grande excitation, par exemple lorsqu’il aperçoit un oiseau sans avoir la possibilité de l’attraper.

Les émotions

Avec son langage corporel d’une grande variété et son comportement unique, le chat exprime avec précision tout l’éventail de ses émotions:

  • la joie,
  • la satisfaction,
  • le bien-être,
  • l’anxiété,
  • la peur,
  • le mal-être,
  • l’insécurité,
  • l’agressivité,
  • la douleur.

Son penchant pour le jeu transparaît lui aussi dans ses attitudes. Par ailleurs, il arrive à certains chats de baver: cette particularité est l’expression d’un bien-être extrême.

La communication

Comme dans les relations humaines, communiquer avec son chat est la condition sine qua non pour une cohabitation réussie. Pour bien se comprendre, il est nécessaire de savoir interpréter correctement le comportement de l’animal. L’expression «Regarde-moi dans les yeux» revêt un sens très particulier chez le chat. En effet, les yeux sont un élément essentiel de la communication féline.

On distingue deux formes de communication:

  • verbale,
  • non verbale.

Le chat peut apprendre à les comprendre toutes les deux. Vous devez pour cela faire preuve de patience et de cohérence. Par exemple, dire non à votre chat tout en le caressant n’aura d’autre effet que de jeter le trouble dans son esprit et ne l’aidera pas à intégrer l’interdiction.

Une bonne communication avec le chat suppose de ne jamais l’agresser physiquement et de ne pas crier. Ce genre de comportement nuit à la relation avec l’animal qui devient agressif ou prend peur.

On recommande plutôt de moduler sa voix en fonction de la situation. Parlez à votre chat sur un ton doux et affectueux pour le récompenser, le faire venir ou le calmer. N’hésitez pas à durcir le ton notamment pour lui signifier une interdiction. Votre animal saura faire la différence.

Écouter et observer le chat est tout aussi important que de lui parler: à travers son comportement, il fait savoir à son interlocuteur comment il va, quelle est son humeur et ce qu’il veut.

Ordres et éducation

Les chats apprennent à communiquer avec les humains. Ils observent les réactions provoquées par leur langage corporel et vocal et s’adaptent en conséquence.

De plus, les chats sont capables d’associer des sons, voire des mots ou des intonations à certaines situations. En faisant preuve de patience, de persévérance, de cohérence et bien sûr d’amour, il est donc possible d’éduquer son chat.

L’intelligence

Il est difficile d’évaluer scientifiquement l’intelligence des chats. En effet, leur sens prononcé de l’indépendance rend absolument impossible la réalisation d’un test d’intelligence tel qu’on peut le pratiquer chez d’autres animaux. Mais les chats sont-ils bêtes pour autant?

Pas le moins du monde: ils possèdent une très bonne mémoire, sont dotés d’une capacité d’apprentissage excellente et peuvent également comprendre des relations, même complexes, entre les choses. Ils savent ainsi très vite quel comportement adopter pour inciter leurs maîtres à remplir leur écuelle, ou que le point lumineux qui les amuse tant vient du pointeur laser; de même, ils assimilent rapidement le fonctionnement de certains jouets à piles ou la manière d’ouvrir une porte.

Les secrets d’une bonne cohabitation avec d’autres animaux domestiques

Il est important que tous les animaux de votre foyer fassent rapidement connaissance les uns avec les autres. Le jeune chat sera ainsi en mesure de s’intégrer facilement dans la communauté animale. N’essayez pas de l’habituer aux rongeurs ni aux oiseaux: c’est mission impossible. S’agissant des autres animaux, les présentations doivent avoir lieu sous votre surveillance et de manière progressive.

Un chien

En général, un chien bien socialisé accepte très vite un chat. Les chiens âgés peuvent se montrer nettement moins tolérants. Le chaton réussit fréquemment à se faire accepter de manière rapide et facile en griffant légèrement le chien et en lui donnant un léger coup de patte.

Un autre chat

Cette mission peut s’avérer nettement plus difficile. Les chats adultes acceptent rarement les nouveaux venus sur leur territoire, car ils n’apprécient guère de devoir changer leurs habitudes. Ils manifestent leur mécontentement par des comportements d’intimidation. Il peut s’écouler plusieurs mois avant que le jeune chat ne soit complètement accepté par son congénère. Ne tolérez aucune agressivité au moment des présentations. Amenez les animaux sur un terrain neutre pour jouer et manger. Répétez cette étape jusqu’à ce que les chats se tolèrent. Une hiérarchie entre les deux animaux s’établira automatiquement et vous devrez l’accepter.

Quelques conseils

Veillez à ce que les animaux qui vivaient déjà avec vous (chien ou chat) continuent de jouir des mêmes droits et à ce que la litière se trouve à un endroit calme. Dans un premier temps, votre chat ne doit avoir accès qu’à une partie de votre domicile. Il est important qu’il le découvre progressivement, afin d’éviter qu’il prenne peur et se réfugie sous un meuble. Passez un chiffon sur la tête de votre chaton, puis frottez-le sur les murs juste au-dessus du sol. Votre animal plus âgé pourra ainsi s’habituer à l’odeur de votre chaton.

  • facebook
  • youtube